«90% de nos immigrants trouvent un emploi au Québec»: la recette ABACUS

279

MONTRÉAL (MÉDIAMOSAÏQUE) – Cinq ans après la mise à l’essai de leur expertise, les responsables de la firme montréalaise Abacus se donnent publiquement le crédit d’avoir été les concepteurs d’«un processus unique d’intégration en emploi des professionnels formés à l’étranger».

 

Des résultats spectaculaires

« Grâce à ce processus innovateur au Québec, 90 % des professionnels ayant utilisé nos services ont trouvé un travail ici, dans un poste à la hauteur de leurs compétences. Certains ont décroché leur emploi moins d’un mois après leur arrivée au Québec, certains  autres  avant même d’avoir quitté leur pays d’origine. C’est remarquable !», se félicite Josyanne Villeneuve, une associée d’Abacus RH.

Les secrets de ce «remède-miracle» ciblant notamment le domaine des technologies de l’information ont été révélés aux représentants des médias lors d’une conférence de presse le 19 septembre dernier en présence de divers acteurs et partenaires, tant publics, parapublics ou privés à l’Écomusée du fier monde, rapporte l’Agence de presse Médiamosaïque.

 

Par où commencer?

Selon la méthode Abacus, qui prône l’intégration du nouvel arrivant par l’obtention d’un emploi, «il importe d’agir en amont du processus d’immigration». À en croire les dépositaires de ladite formule,  «le succès de l’intégration en emploi des professionnels formés à l’étranger réside dans la préparation pré-migratoire.»

Pour ce faire, ces facilitateurs qui se présentent comme des «spécialistes du placement en emploi des professionnels formés à l’étranger » choisissent d’« entrer en contact avec  les professionnels de ce secteur en voie d’immigrer dès qu’ils reçoivent leur certificat de sélection du Québec, soit très tôt dans leur processus d’immigration permanente.»

 

Connexion entre immigrants et employeurs

Au fait, avant d’établir la connexion entre les deux, le No 1 d’Abacus, David Habak, informe que «l’évaluation et la préparation des meilleurs candidats internationaux se font donc avant même leur arrivée au Québec, cela afin de favoriser une embauche rapide à un poste lié à  leurs compétences et à leur expérience.»

«Dès qu’il est prêt à quitter son pays, le professionnel est présenté  aux employeurs locaux ayant des postes à pourvoir qui s’arriment à son profil de compétences», a ajouté Habak, l’associé principal de le l’entreprise.

 

Vers l’extension du modèle?

Fier des résultats obtenus via ce processus, David Habak annonce son «intention de l’appliquer à d’autres secteurs que celui des technologies de l’information, des secteurs caractérisés par une pénurie de main-d’œuvre et qui doivent se tourner vers des professionnels formés à l’étranger pour combler leurs besoins », a précisé M. Habak.

À noter que les services d’Abacus «sont offerts gratuitement aux professionnels en voie d’immigrer,  des rencontres personnalisées par webcam au service de placement en emploi, des démarches entreprises auprès des employeurs québécois au suivi continu effectué auprès de ceux-ci et des candidats».

 

La Rédaction de MEDIAMOSAIQUE vous recommande:

 

MEDIAMOSAIQUE.Com Articles reliés: